Sant Urfol - GrandTerrier

Sant Urfol

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


s. Urfol
Vie / Buhez : ermite au 6e siècle, frère de Riwanon et oncle d'Hervé
Genre / Reizh : Masculin
Signification / Sinifiañs : Ri=Roi, Gwan=Frapper
Variantes / Argemmoù : Urfol (Bretagne) - Urfold (Bretagne) -

2 Almanach


le 17 septembre 2017 ~ d'an 17 a viz Gwengolo 2017
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz s. Urfol (ermite au 6e siècle, frère de Riwanon et oncle d'Hervé)
Proverbe breton ~ Krennlavar Bugale gaezh, Dour n'eo ket laezh, Piz n'eo ket fav, Bezañ pilet n'eo ket brav. § [trad.]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

Chapelle Saint-Urfold de Bourg-Blanc
Chapelle Saint-Urfold de Bourg-Blanc

5 Monographies

Site de Bourg-Blanc

Chapelle de Saint Urfold

C’est un cadre magnifique, situé à un kilomètre au Nord-Ouest de l’agglomération, sur la route de Coat-Méal, qui abrite à la fois une fontaine et une chapelle, remarquablement rénovée sous la houlette de l’association des Amis de Saint Urfold
Elle daterait du XVe siècle (l’époque de Jeanne d’Arc) mais il est vraisemblable qu’elle contient partiellement des structures de chapelles antérieures. Elle renferme le tombeau de l’ermite, qui consiste en un sarcophage uni, sans inscription, mais ayant dans son intérieur une arcade allongée, par laquelle passent et repassent les pèlerins. Ce sarcophage élevé de terre de trois pieds, repose sur la pierre dont Saint Hervé avait recouvert jadis le tombeau de son oncle.
Cette chapelle, vendue à la Révolution, fut cédée en 1825 à la commune par un certain M. Guéna.
En 1841, la commune la donna à titre gratuit à la « fabrique » pour qu’elle soit à nouveau ouverte au culte. La chapelle n’avait qu’un autel et comportait les statues du Saint Patron, de Notre Dame des Douleurs et de Saint Jean l’Evangéliste.
Au cours des décennies qui suivirent, elle se dégrada progressivement et il fallut toute l’abnégation des Amis de Saint Urfold pour lui refaire une santé, en l’ornant en particulier de vitraux réussis qui relatent la vie de l’ermite.
A noter les multiples orthographes que l’on rencontre aussi bien dans les textes que sur les ex-voto de la chapelle : on peut citer, entre autres Urfot, Urfol, Urfoal et plus loin dans le temps Wulphroëdus.

Qui était St Urfold ?

D’après la tradition, il serait né à Landouzan sur la commune du Drennec et aurait été formé à la vie religieuse au monastère d’Ack. Sa mère Rivanonne était la sœur de Saint Rivoaré, qui a donné son nom à la paroisse voisine, Lanrivoaré. Saint Urfold était l’oncle de Saint Hervé, honoré à Lanhouarneau. Il vécut en solitaire, au VIe siècle, dans cette forêt de Dunan (du breton Doun : profond), qui s’étendait de Saint Renan à Plouvien et qui fut décimé, entre autres, pour construire à Brest la flotte de Louis XIV.
C’était un personnage d’une rare sainteté, un ermite qui vivait à l’écart de la société et de sa famille dans une intention de pénitence et de contemplation. L’historien Albert Le Grand nous dit qu’après sa mort, son oratoire et son sépulcre furent au point qu’on ne pouvait plus discerner l’endroit exact où avait été inhumé le saint ermite.
Son neveu, Hervé, eut par révélation connaissance de la mort de Saint Urfold et se mit en route vers l’oratoire de son oncle. Il s’y prosterna pour prier et au cours de son oraison, le sol trembla si fort que tous ceux qui étaient avec lui furent jetés à terre ; la terre s’ouvrit et de cette ouverture sortit une odeur suave et odoriférante. Saint Hervé, ayant, par ce miracle, connu et trouvé le tombeau de son oncle l’accommoda de pierres et le lieu devint bientôt le cadre de miracles. C’est sûrement là l’origine du culte qui est encore rendu à notre saint.
On peut imaginer facilement que par le passé sont venus sur le site des personnages notoires de la région. Ne serait-ce que les hauts et puissants seigneurs de Coativy, dont le berceau familial se trouve à quelques kilomètres de l’oratoire. Plus tard, Dom Michel Le Nobletz pria certainement en ce lieu, quand il venait voir sa sœur Marie, dame de Kerbéoc’h, tout comme les martyrs de la révolution, originaires de Coatanéa, Claude et Marie Chapalain, victimes de la Terreur, sous Robespierre.

Le pardon de St Urfold

Il se déroule depuis bien longtemps le lundi de la Pentecôte : ce jour-là, la chapelle est fréquentée par une foule considérable de pèlerins venus de toutes les paroisses voisines. On y invoque Saint Urfold pour la guérison des rhumatismes.
Dans le Finistère pittoresque (1906) M. Toscer écrivait à ce sujet : « Si vous voulez jouir d’un curieux coup d’œil, allez à Bourg-Blanc le jour du pardon de Saint Urfold, qui a lieu le lundi de Pentecôte. Les pèlerins passent et repassent sous cette arcade pour implorer la protection du saint.
Ce n’est pas un spectacle ordinaire que le défilé de toutes ces personnes obligées de marcher sur les mains et sur les genoux, en raison du peu de hauteur laissée par l’ouverture du monument ; on ne saurait s’en offusquer quand on voit avec quelle conviction les dévots de St Urfold accomplissent cette partie du pèlerinage. »
Aujourd’hui, les choses ont bien changé, on fréquente la chapelle et son tombeau par curiosité plus que par foi profonde, il n’empêche que lorsque l’on prête une oreille attentive, on peut encore percevoir au loin les voix des pèlerins d’antan qui chantent leur foi.

« D’ar feiz han tadou koz, ni zall’ho mad atao »


Site Pennker Gwiler - Vies des saints de Garaby

LA VIE DE LA BIENHEUREUSE RIVANONE

Veuve, le 19 juin.

I. Née vers 500, en Basse-Bretagne, elle était douée d'une grande beauté et des meilleures qualités de l'esprit et du cœur. Une éducation religieuse et soignée développa ses heureuses dispositions. Toute jeune encore, elle eut à pleurer la perte des auteurs de ses jours ; ses deux frères S. Rivoaré et saint Urfol furent ses guides et ses appuis.
...
III. Un an après, Rivanone était mère de Hervé.
...
IV. Cependant son fils surpassait ses condisciples en lumières et en sagesse. Quand il eut atteint l'adolescence et fini ses études, il revint vers son oncle saint Urfol et demanda à voir son excellente mère. Le saint, qui connaissait la retraite de la servante de Dieu, y mena son neveu.
...

Prier ensemble

Saint Hervé

Fête le 17 Juin

Du celte haer signifiant fort et bev signifiant ardent, ermite breton et fondateur de deux monastères dans le Finistère né probablement en 525 et mort en 575 à Lan-Houarneau. Fils de Rivanone et du barde Houarvian, né aveugle, il est confié à saint Urfol pour être ermite.