Sant Visant - GrandTerrier

Sant Visant

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


s. Visant
Vie / Buhez : né en Espagne au 13e siècle, voyageur infatigable, mort et honoré à Vannes, protecteur des constructeurs
Genre / Reizh : Masculin
Signification / Sinifiañs : origine Latine, Forme bretonne du prénom Vincent, Vincere=Vaincre
Variantes / Argemmoù : Uinseann (Irlande) - Uisdean (Irlande) - Uistean (Irlande) - Vincent (France) - Visant (Bretagne) - Vissant (Bretagne) -

2 Almanach


le 5 avril 2019 ~ d'an 5 a viz Ebrel 2019
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz s. Visant (né en Espagne au 13e siècle, voyageur infatigable, mort et honoré à Vannes, protecteur des constructeurs)
Proverbe breton ~ Krennlavar An hini en deus madoù hag a ro. En deus mignoned e pep bro. An hini en deus madoù ha ne ro ket. N'en deus mignon ebet. § [Trad]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

cathédrale de Clogher
cathédrale de Clogher

5 Monographies

Site Bretagne.com :

Visant

prénom masculin, fête le 5 avril

Origine du prénom

Saint Vincent Ferrier, moine dominicain, est honoré à Vannes.

Le prénom Visant vient de "vincere" qui en latin signifie vaincre.

Site fr.Wikipedia :

Vincent Ferrier

Vincent Ferrier, prêtre dominicain (en valencien Sant Vicent Ferrer) espagnol né en 1350 près de Valence (Espagne), célèbre pour ses prédications publiques. Il est actuellement le saint patron de la Communauté valencienne.

Son charisme et son influence populaire sont tels qu'il devient un personnage-clé dans les troubles politico-religieux liés au Grand Schisme d'Occident. Proche de Pedro de Luna, alors cardinal et futur Benoît XIII, Vincent Ferrier se rallie tout d'abord à la papauté d'Avignon, rejetant la légitimité d'Urbain VI dans son traité De moderno ecclesiae schismate. Il devient par la suite confesseur de Benoît XIII, désormais antipape et figure emblématique de la résistance à Rome. Mais, dans un souci d'union de l'Église, il finit par se résigner à abandonner la cause de Benoît pour reconnaître le pape romain. Son acte de renonciation officiel intervient en 1416, à l'époque où le Concile de Constance s'emploie à mettre fin au Schisme.

Infatigable prêcheur et évangélisateur de l'Europe pendant vingt ans, de 1399 à sa mort, il parcourt l'Espagne, l'Italie, la Suisse, et va même jusqu'en Écosse. Il est souvent accompagné d'une quantité impressionnante de disciples, au point qu'il doit essentiellement prêcher dans de grands espaces extérieurs pour pouvoir être entendu de la foule. On lui prête le don des langues, au vu de sa capacité à communiquer avec tant de peuples différents.

En dehors des questions papales, son rôle politique est particulièrement important en Espagne, où il aide Ferdinand de Castille à accéder à la couronne d'Aragon dans un contexte de succession difficile (cf. Compromis de Caspe). Il y est aussi connu pour avoir dirigé les massacres qui ont amené l'appropriation d'une synagogue de Tolède puis sa transformation en l'église Santa Maria la Blanca[1]

La France n'est pas oubliée dans ses missions, il en parcourt tout le Sud avant d'être appelé en Bretagne en 1418 par Jean V, duc de Bretagne. Il sillonne pratiquement toute la Bretagne de ville en ville pendant près de deux ans et revient à Vannes, épuisé, où il meurt en 1419.

Canonisé en 1455 par Calixte III. Fête le 5 avril.

Protection
  • Constructeurs
  • Fabricants de briques et de tuiles; couvreurs


Dévotions particulières
  • Invoqué contre l'épilepsie et le mal de tête