Sant Yann Avielour - GrandTerrier

Sant Yann Avielour

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


s. Yann Avielour
Vie / Buhez : disciple de Jean-Baptiste, apôtre de Jésus et auteur de 3 épîtres et du 4e évangile
Genre / Reizh : Masculin
Signification / Sinifiañs : origine Hébraïque, Forme bretonne de Jean, Yohanân, Dieu a fait grâce
Variantes / Argemmoù : Ean (Ile de Man) - Eoin (Celtique) - Iain (Ecosse) - Ian (Celtique) - Iannig (Bretagne) - Iefan (Pays de galles) - Ieuan (Pays de galles) - Ifan (Pays de galles) - Jannic (Bretagne) - Jean (France) - Jowan (Cornouaille) - Juan (Ile de Man) - Owen (Irlande) - Seán (Irlande) - Shane (Irlande) - Siôn (Pays de galles) - Teasag (Ecosse) - Yan (Bretagne) - Yann (Bretagne) - Yann-Vai (Bretagne) - Yann-Vari (Bretagne) - Yanni (Bretagne) - Yannick (Divers) - Yannig (Bretagne) - Yannou (Bretagne) - Féminin(s): Yanna (Bretagne) -

2 Almanach


le 27 décembre 2018 ~ d'an 27 a viz Kerzu 2018
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz s. Yann Avielour (disciple de Jean-Baptiste, apôtre de Jésus et auteur de 3 épîtres et du 4e évangile)
Proverbe breton ~ Krennlavar Re fichañ marc'hadourezh. A ziskouez n'eo ket hewerzh.

[Trop orner la marchandise montre qu'elle n'est pas facile à vendre.]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

saint Jean apôtre par Le Greco
saint Jean apôtre par Le Greco

5 Monographies

Site br.wikipedia :

Yann an Avielour

Yann an Abostol, pe Yann an Avielour, a oa mab da Zebedea, pesketour eus lenn Tiberiad, ha breur da sant Jakez, ez eas da heul Yann-Vadezour da gentan. Deuet da vezan "an diskibl a oa karet gant Jezuz", en deus bet an aotre da lakaat e benn war beultrin e Vestr e-pad ar Goan ziwezhan, ha da vezan fiziet en e Vamm, e-tal ar Groaz. Sant Yann a zo aozer ar pevare aviel ha tri lizher kanonek. Bevañ a reas e Kêr-Efezos gant ar Werc'hez Vari, ha goude he fignadenn d'an nenv ec'h echuas e vuhez abostolek hir war Enez-Patmos, e lec'h ma tegemeras digant ar Spered Santel levr diwezhan ar Skritur Sakr, levr Diskuliadur Sant Yann.

Lesanvet e vez "an Teologour" gant an Ortodoksed rak kevrinusoc'h a galz eo e skridoù eget an tri aviel all, lezanvet "sinoptek".

Site fr.wikipedia :

Jean (apôtre)

Selon les évangiles et le livre des Actes des Apôtres, Jean est l'un des douze apôtres de Jésus. Son père s'appelle Zébédée. Sa mère est Marie Salomé et il a pour frère un autre apôtre : Jacques le Majeur.

On l'appelle Jean l'Apôtre ou Jean l'Évangéliste ou Jean le Théologien pour le distinguer de Jean le Baptiste, précurseur et prophète de Jésus. On lui attribue l' Évangile qui porte son nom, le « Quatrième Évangile », pour le distinguer des trois autres, dits « Évangiles synoptiques » ainsi que le Livre de l'Apocalypse, dit aussi Apocalypse de Jean.

Il est représenté avec une coupe surmontée d’un serpent ou avec une chaudière remplie d’huile bouillante. Cependant, en raison de son œuvre d’écrivain, le plus jeune des apôtres porte le livre de l’Evangile. En tant qu'évangéliste, il est souvent symbolisé par un aigle parce que le prologue de son évangile a été attribuée à une voix descendue du ciel (voir l'article Tétramorphe).

Il est fêté par les catholiques le 27 décembre et par l'Église orthodoxe le 26 septembre (dormition) et le 8 mai.

Histoire

L'apôtre Comme André, il était disciple de Jean le Baptiste jusqu'au moment où celui-ci leur désigna Jésus par ces termes : « Voici l'agneau de Dieu ». Quittant Jean le Baptiste, après le Baptême et la venue de l'Esprit Saint sous la forme d'une colombe, et lorsque Jésus vint vers lui, il abandonna tout sur-le-champ, pour le suivre avec son frère Jacques.

Une tradition veut qu'il soit resté vierge toute sa vie, ayant été choisi comme apôtre alors qu'il était sur le point de se marier. Il aurait aimé à tel point la virginité et l'ascèse qu'il aurait porté aussi le nom de vierge.

Souvent appelé « le bien-aimé du Seigneur », ou celui que Jésus aimait, Jean est considéré comme l'apôtre préféré du Christ. De nombreuses représentations de la Cène nous le montrent au côté de Jésus, écoutant attentivement les paroles du Seigneur, les yeux quelquefois fermés pour mieux écouter (La Cène peinte par Dirk Bouts). En effet dans l'évangile que l'on attribue à Saint Jean, il rapporte avec beaucoup de précisions les paroles prononcées par Jésus au cours de la Cène (Discours de la Cène, chapitres 14 à 17), et en particulier l'envoi de l'Esprit Saint ou Paraclet par le Père [1][2].

Jean fut l'un des trois apôtres (avec Pierre et Jacques) à monter sur la montagne du Thabor, pour assister à la Transfiguration, où ils ont contemplé la divinité du Verbe resplendissante dans le corps de Jésus, lorsque le Père disait: « Celui-ci est mon fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute ma complaisance : écoutez-le » [3].

Lorsque Jésus fut arrêté par les soldats romains, il le suivit jusque dans la cour du Grand-Prêtre, et assista à la crucifixion et à son agonie à Gethsémani. Des écrits plus tardifs nous disent aussi que le Christ en croix, avant de rendre l'âme, donne pour mission à Jean de veiller sur sa mère, la Vierge Marie. Il l'accueillit chez lui et fut le dernier à rester à Jérusalem pour la servir.

L'écrivain

Après la Résurrection, il semble que Jean soit allé en Samarie prêcher avec Pierre, où il montre beaucoup d'ardeur à organiser la jeune Église de Palestine. Fuyant les persécutions des Romains, il quitta la Palestine, et se réfugie à Éphèse ou il réalise des miracles et baptise de nombreuses personnes.

Amené à Rome pour être présenté à l'empereur Domitien qui l'avait envoyé quérir, il lui montra que sa foi en Jésus-Christ était plus forte que toutes les puissances terrestres. Tertullien nous dit qu'il aurait subi à Rome le supplice de l'eau bouillante, dont sa virginité lui aurait permis de sortir indemne.

L'empereur l'envoie en exil sur l'île de Patmos, où il aurait écrit l'Apocalypse. À Patmos, île montagneuse, qui était luxuriante à l'époque, Jean reçoit une vision du Christ de l'Apocalypse, majestueux d'apparence, vêtu de blanc, le glaive de la Parole dans la bouche. Jean s'agenouille et il est béni par l'apparition qui lui dit : « Écris donc ce que tu as vu, le présent et ce qui doit arriver plus tard » [4]. Puis il lui aurait révélé en de grandioses visions ce qui doit arriver à la fin des temps : l'accroissement de l'iniquité, la venue de l'Antéchrist, son combat contre les fidèles et sa lutte ultime qui le jettera finalement pour toujours en Enfer avec le diables et ses anges maléfiques. Il contempla aussi les bouleversements du Monde, la consommation de toute chose sous le feu divin, et, enfin le triomphe du Fils de l'homme, la résurrection de tous et le jugement dernier, et enfin la descente sur terre de la Jérusalem céleste, cité sainte et éternelle, où Dieu demeurera pour toujours avec les hommes.

Après la mort de Domitien en l'an 96, l'empereur Nerva permit à Jean de revenir à Éphèse, au grand regret des habitants de Patmos qu'il avait convertis en très grand nombre.

Puis la tradition le fait vivre pendant de longues années à Éphèse, ville où il compose ses trois Épîtres et le quatrième Évangile ou Évangile selon Jean (dont la plus ancienne trace est le Papyrus P52), en l'an 97.