Sant Yestin - GrandTerrier

Sant Yestin

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


s. Yestin
Vie / Buhez : né au pays de Galles au 6e siècle, contemporain de Dewi et d'Efflam, éponyme de Plestin-les-Grèves
Genre / Reizh : Masculin
Signification / Sinifiañs : origine Latine, Justus=Juste
Variantes / Argemmoù : Iestin (Pays de galles) - Iestyn (Pays de galles) - Istan (Bretagne) - Yestin (Celtique) - Féminin(s): Yestina (Bretagne) -

2 Almanach


le 19 avril 2019 ~ d'an 19 a viz Ebrel 2019
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz s. Yestin (né au pays de Galles au 6e siècle, contemporain de Dewi et d'Efflam, éponyme de Plestin-les-Grèves)
Proverbe breton ~ Krennlavar Karrig a dro. A denn bro. Karrig a red. Ne bad ket. § [Trad.]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

saint Gestin, église de Plestin-les-Grèves
saint Gestin, église de Plestin-les-Grèves

5 Monographies

prénoms celtiques et bretons d'Albert Deshayes

Yestin

Évolution du vieux breton Iostin, emprunté au latin Justinus, dérivé de Justus, "juste ; intègre", dont procède le français Justin. Gallois : Iestyn.

Ce saint du VIe siècle est contemporain du Gallois Dewi. D'origine insulaire, il aurait installé son ermitage non loin de la Lieue de Grève, près de Pestin-les-Grèves (22). Parti en pèlerinage à Rome, il trouve sa cellule occupée à son retour par Eflamm. Suite à un accord, il lui abandonne le lieu pour s'installer ailleurs. Iestyn serait le fils de Geraint, roi ou prince de Domnonée, et le descendant de Constantin.

Il est l'éponyme de Plestin-les-Grèves (22). Une statue, aujourd'hui dans l'église paroissiale, l'y représente en vêtements sacerdotaux. Une fontaine, jadis miraculeuse, guérissait de la fièvre ceux qui la vidaient à trois reprises. Au pays de Galles, il est figuré en ermite, portant un bourdon à tête de chien dans la main droite.

Ministère de la culture

Plestin-les-Grèves est une ancienne paroisse bretonne primitive dont le nom est formé à partir du mot ploue, signifiant « paroisse » en vieux-breton. Elle a pour éponyme saint Jestin, moine breton dont le pardon était célébré le quatrième dimanche après Pâques dans la chapelle du même nom autrefois située près de Pen-ar-Voërn. Les premiers documents historiques relatifs à Plestin remontent au 11ème siècle : ils mentionnent le prieuré de Roc'h Hirglas, le Grand Rocher, fondé par l'abbaye du Mont-Saint-Michel, à la suite d'une donation faite en 1086 par Hugues, évêque de Tréguier.