Santez Yuveot - GrandTerrier

Santez Yuveot

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


sz. Yuveot
Vie / Buhez : au 6e siècle en Irlande, soeur de Maodez, émigre avec lui près de Dol, honorée à Henvic
Genre / Reizh : Féminin
Signification / Sinifiañs :
Variantes / Argemmoù : Juved (Bretagne) -

2 Almanach


le 15 avril 2019 ~ d'an 15 a viz Ebrel 2019
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz sz. Yuveot (au 6e siècle en Irlande, soeur de Maodez, émigre avec lui près de Dol, honorée à Henvic)
Proverbe breton ~ Krennlavar Karantez c'hoar. Breur na oar.

[Amour d'une sœur, un frère ne le sait.]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

église St-Maudez et Ste-Juvette d'Henvic
église St-Maudez et Ste-Juvette d'Henvic

5 Monographies

Site Bretagne.com :

Juved

prénom féminin, fête le 15 avril

Déclinaisons du prénom breton : Juvette

Origine du prénom

Soeur de sainte Maodez, honorée à Henvic (29), sainte Juved aurait accompli des miracles.

Site InfoBretagne / Henvic :

PATRIMOINE de HENVIC

L'église Saint-Maudez-et-Sainte-Juvette (1899 - 1903). La nouvelle église, qui est due aux plans de Serrurier (architecte à Morlaix), est consacrée le 23 novembre 1902. L'édifice, en forme de croix latine, comprend, outre la travée du clocher encastré, une nef avec bas-côtés de cinq travées, un transept et un choeur à chevet polygonal. De l'ancienne église du XVIIème siècle, n'a été conservé que le clocher sans galerie et la partie adjacente de l'édifice (chapelle attenante). Les retables du XVIIème siècle sont consacrés l'un à saint Maudez (avec six panneaux consacrés à la vie du saint), l'autre à sa soeur sainte Juvette (avec quatre panneaux relatifs à la légende de la sainte). A noter que saint Maudez et sainte Juvette sont les enfants du roi d'Hybernie Erelée et de Gentuse son épouse et vivaient au VIème siècle. L'autel a été restauré en 1923 ;

Site Henvic.fr / Louis Le Guennec :

En 1913, Louis Le Guennec décrivait ainsi la vieille église de Henvic, dans "Le Finistère Monumental" (Tome 1, p 383 et 384), concernant Morlaix et sa région :

« De l'ancienne église, presque entièrement du XVIIe siècle, avec quelques parties antérieures, on n'a conservé que le clocher et la partie adjacente de l'édifice qui, peuplé de vieilles statues de saints, sert actuellement de chapelle de catéchisme. Ce vieux clocher, d'un aspect savoureusement pittoresque, a fait la joie de bien des artistes. Sa conservation est due en partie à ce qu'il sert d'amer pour les navires entrant dans la baie de St Pol de Léon.

« La paroisse de Henvic honore d'une façon toute particulière, et depuis un temps immémorial, ses patrons St Maudez et sa sœur Ste Juvelte. Ces deux enfants du roi d'Hybernie Erelé, et de Gentuse son épouse, vivaient au sixième siècle. Les statues de St Maudez, en abbé, et de Ste Juvelte, en religieuse, qui se voyaient dans l'ancienne église, ont été replacées dans la nouvelle, ainsi que les curieux panneaux sculptés qui représentaient les principales scènes de la vie de ces saints personnages avec de curieuses légendes explicatives. « Cet autel a été restauré habilement, en 1923, par Surel, peintre décorateur à Morlaix. Ste Juvelte est invoquée pour les tumeurs aux genoux.Fmaidez

Site Info Bretagne / St Maudez :

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de SAINT-MAUDEZ

Saint-Maudez est le dixième fils du roi d'Irlande Erélus (ou Erélée ou Ardée) et de Gentuse ou Gétive, son épouse. Saint-Maudez débarque en Bretagne, vers 528, non loin de Dol, avec sa soeur sainte Juvette et deux disciples, saint Botmel et saint Tudy.

Saint-Maudez est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Corseul. Saint-Maudez apparaît pour la première fois dans les textes en 1187 en tant que chapelle de Corseul.

Son prieuré, fondé vers les années 500, et sa chapelle Saint-Jouan ou Saint-Jean, sont sous la tutelle des bénédictins de Saint-Malo-de-Dinan. Ils font partie des biens de l'abbaye de Marmoutier. La tradition prétend que ce prieuré aurait appartenu primitivement aux Templiers. Certains lieux-dits tels que Templiers, Saint-Jouan semblent révéler la présence jadis des Templiers.

Il existe dès 1208 une abbaye (ou prieuré) de chanoines réguliers "abbatia Sancti Maudeti" (Anc. év. VI, 149, 150, 165). Ce prieuré est cédé ensuite, contre une redevance annuelle, à l'abbaye de Beaulieu (en Mégrit). Saint-Maudez (Saint-Maudet) est une paroisse du diocèse de Saint-Malo et un prieuré-cure de l'abbaye de Beaulieu sous l'Ancien Régime. Supprimée à la Révolution, la paroisse de Saint-Maudez est rattachée pour moitié à celles de Plélan et de Vildé-Guingalan. Rétablie en 1804, elle est unie à celle de Saint-Michel-de-Plélan. Supprimée à nouveau en 1805, elle est rattachée à celle de La Landec, avant d'être rétablie en 1820 (ordonnance du 16 mars 1820).