Vente de façade de vieux château, Ouest-Eclair et autres journaux 1924-1930 - GrandTerrier

Vente de façade de vieux château, Ouest-Eclair et autres journaux 1924-1930

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Gazettes
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.

Où il est question de l'émotion créée par le projet de démolition de la belle façade du château de Lezergué.

Autres lectures : « Choses et gens de Basse-Bretagne, le chateau de Lezergué, l'Ouest-Eclair 1929 » ¤ « Présentation et historique du manoir de Lezergué » ¤ « Histoire de Lezergué et de ses occupants » ¤ « Rdv du ps 2 - Jean Nédélec, le dernier châtelain de Lezergué, OF-LQ 1985 » ¤ « 1911 - Les mariés Jean Le Dé de Boden et Josephe Nédélec de Lezergué » ¤ « 1910-1935 Notes et coupures gabéricoises de Louis Le Guennec » ¤ « Eléments classés et inscrits du patrimoine de la commune d'Ergué-Gabéric » ¤ http://www.chateau-lezergue.com/

[modifier] 1 Présentation

Que ce soit dans les journaux locaux finistériens, « L'Ouest-Eclair » [1], « Le Progrès du Finistère » [2], « Le Finistère » [3], « La Dépêche de Brest » [4], et dans le périodique national « Le Journal des Débats » [5], les petites annonces « À vendre » et les chroniques de défense des ruines de Lezergué ont marqué les esprits des années 1924-30.

Le premier article sur le sujet date de 1924 et est signé des initiales L.G. de Louis Le Guennec [6]. Soit cinq ans avant la publication des petites annonces : « Le possesseur de ce vieux manoir serait disposé à le vendre ; mais, inspiré par un sentiment respectable, quoiqu'un peu exclusif, et surtout fâcheux par les conséquences qui fatalement en découleront, il ne veut aliéner que les pierres, laissant à l'acquéreur, s'il lui plaît, la faculté de les rassembler ailleurs. »

En 1924-1930 le propriétaire-fermier est Jean-Marie Nédélec, marié à Marie-Renée Laurent, représentant la 3e et avant-dernière génération des propriétaires-fermiers de Lezergué, son grand père ayant acquis le manoir dans les années 1855-60 [7] :

 - Pierre Jean Nédélec (1803-/1889) de Kergoant
   ├
   └> Jean-Marie Nédélec (1826-1886)
        x Marie-Joseph Crédou
        ├
        └> Pierre-Marie Nédélec (1859-/1921)
            x Marie-Anne Le Roux
             ├
             ├> Jean-Marie-François Nédélec (1889-?)
             ├    x Marie-Renée Laurent
             ├    ├
             ├    └> Jean-Marie Nédélec (1922-?) dit Jean Lezergué
             ├         x Jeanne Jourdren
             ├         
             └> Marie-Josephe Nédélec (1891-?) x Jean Le Dé

L'état de ruine du manoir, rebâti et remplaçant un plus ancien en 1771, est bien avancé dès 1924 : « Intérieurement, Lezergué est dans un triste état, bien qu'on y admire toujours le grand escalier d'honneur et sa voûte plate d'une surprenante hardiesse. Les salles basses, aux cheminées et aux lambris élégamment moulurés, sont seules habitées par le fermier-propriétaire ; tout le reste du château n'offre qu'abandon et ruine. »

D'où le projet de démolition : « Le possesseur de ce vieux manoir serait disposé à le vendre ; mais, inspiré par un sentiment respectable, quoiqu'un peu exclusif, et surtout fâcheux par les conséquences qui fatalement en découleront, il ne veut aliéner que les pierres, laissant à l'acquéreur, s'il lui plaît, la faculté de les rassembler ailleurs ».

Il faudra attendre la fin août 1929 pour que de petites annonces laconiques soient publiées dans les journaux locaux quimpérois : « A VENDRE. Façade de vieux Château avec Escalier en pierres. Prendre adresse au journal  ».

 

Un périodique national, « Le Journal des Débats » [5] en avril 1929, dans un article intitulé « Elginisme [8] et vandalisme en Bretagne », le premier néologisme étant l'action contestée de lord Elgin qui organisa du transfert à Londres des marbres du Parthénon, va donner l'exemple de Lezergué : « Le fermier-propriétaire, qui jusqu'ici campait dans l'unique coin habitable de cette immense ruine, s'est décidé à la démolir et à construire une autre maison avec les matériaux. Mais il a épargné la façade, et espère, parait-il, qu'un Américain milliardaire viendra bientôt lui en proposer beaucoup de dollars. Lezergué revivra peut-être un jour sur les rives du Potomac ou de l'Ohio. ».

Signées L., de la plume de Louis Le Guennec et avec son très beau croquis de la façade en question, les chroniques locales dans l'Ouest-Eclair vont prendre la relève pour tenter de réveiller les consciences collectives et pour faire en sorte que Lezergué soit inscrit dans la liste des Monuments Historiques : « Tout porte à espérer que ces démarches aboutiront et que ce monument, d'un style assez rare dans le Finistère, ne quittera pas de sitôt la Cornouaille pour les bords du Potomac ou de la Rivière-Rouge  ».

L'inscription aux monuments historiques sera effective le 9 décembre 1929. Depuis cette date la façade du château n'a pas été transplantée, mais on peut regretter que les pierres intérieures ont continué à tomber, notamment l'escalier central monumental.

Aujourd'hui le domaine de Lezergué a connu une belle reconversion par l'installation et le développement d'une cidrerie réputée. Gageons que la marque du cidre de Lezergué est une assurance contre toute tentative d'elginisme [8], et, espérons-le, une garantie que l'état de la façade ne sera pas plus dégradé dans un futur trop proche.


[modifier] 2 Transcriptions

Les textes transcrits ci-dessous contiennent des paragraphes ( § ) non déployés. Vous pouvez les afficher en un seul clic : § Tout montrer/cacher

La Dépêche de Brest, 24.11.1924

Vieilles pierres de Bretagne
Un château historique menacé de destruction

Dans la commune d'Ergué-Gabéric, près de la route de Quimper à Coray, se trouve le vieux et pittoresque château de Lezergué, bâti vers le milieu du XVIIIe siècle par la famille de la Marche, dont les armoiries, sculptées sur des cartouches Louis XV, timbrent encore la façade. Converti en ferme depuis la Révolution, Lezergué est une belle demeure aux nobles proportions et, malgré sa déchéance, garde très grand air tel qu'on l'aperçoit en perspective fuyant du bout de l'avenue, avec ses murs de sombre granit qui ont pris la patine du bronze, ses hautes fenêtres, ses lucarnes de pierre et ses deux pavillons d'angle à frontons courbes en arc surbaissé.

Intérieurement, Lezergué est dans un triste état, bien qu'on y admire toujours le grand escalier d'honneur et sa voûte plate d'une surprenante hardiesse. Les salles basses, aux cheminées et aux lambris élégamment moulurés, sont seules habitées par le fermier-propriétaire ; tout le reste du château n'offre qu'abandon et ruine. La toiture s'est effondrée en partie et dans les grandes pluies d'hiver, l'eau du ciel ruisselle à travers les planchers troués pour aller se perdre au fond des caves.

§ Le possesseur de ce vieux manoir serait disposé à le vendre ...

Signé : L. G.

Journal des Débats, 01.04.1929

Elginisme [8] et vandalisme en Bretagne

§ La Bretagne, a-t-on dit, recèle dans ses églises, ...

Le bruit d'une telle aubaine s'est répandu dans le pays. De l'autre côté du vallon de l'Odet, dans la commune d'Ergué-Gabéric, la monumentale façade du château de Lezergué attend aussi un acquéreur. Vaste page de granit sombre, conçue dans le style sévère du dix-huitième siècle breton, patinée de lèpres verdâtres ainsi qu'un vieux bronze, elle ouvre dans le ciel les rectangles de ses hautes fenêtres. Le fermier-propriétaire, qui jusqu'ici campait dans l'unique coin habitable de cette immense ruine, s'est décidé à la démolir et à construire une autre maison avec les matériaux. Mais il a épargné la façade, et espère, parait-il, qu'un Américain milliardaire viendra bientôt lui en proposer beaucoup de dollars. Lezergué revivra peut-être un jour sur les rives du Potomac ou de l'Ohio.

§ Voici l'elginisme. Passons au vandalisme ...

Signé : R. Penanguer.

Ouest-Eclair, 30.08.1929

Façade de vieux châteaux à vendre

Les journaux quimpérois publient actuellement l'annonce suivante : « Façade de vieux château à vendre avec escalier de pierres. S'adresser, etc ... ». Cette annonce insolite rappelle le titre de la pièce de théâtre bien connue : « Château historique à vendre », autant que la partie peut rappeler le tout.

Il s'agit ici, sans le moindre doute, du château de Lezergué, sis à quelques kilomètres de Quimper, non loin de la route de Coray, en l'agreste et riante commune d'Ergué-Gabéric.

C'était une massive et sombre bâtisse édifiée dans la seconde moitié du XVIIIe siècle par la famille de la Marche, sur l'emplacement d'un manoir plus ancien qui avait été, au début du règne de Louis XIV, la résidence de l'excellent Guy Autret de Missirien. Ce gentilhomme érudit, féru de généalogie et d'histoire bretonne, du fond de sa thébaïde cornouaillaise, correspondait avec d'Hozier, les frères de Sainte-Marte, etc ..., publiait une seconde moitié augmentée de la Vie des Saints d'Albert Le Grand, et rassemblait les élément d'un important travail historique que la mort l'empêcha par malheur de publier.

§ Le comte de la Marche, frère aîné du dernier évêque de Léon ...

Signé : L.

 

Progrès du Finistère, 24.08.1929

A VENDRE

Façade de vieux Château avec Escalier en pierres.

Prendre adresse au journal


Le Finistère, 31.08.1929

A VENDRE

façade de vieux château avec escalier en pierres.

S'adresser au journal

Ouest-Eclair, 27.09.1929

Choses et gens de Basse-Bretagne.
Le château de Lezergué.

Nous apprenons que la Société « La Sauvegarde de l'Art Français » [10], qui s'occupe avec un zèle si soutenu et de si heureux résultats du sauvetage de nos antiquités nationales menacées par l'avidité des mercantis et la convoitise des milliardaires d'Outre-Atlantique, fait en ce moment des démarches en vue de l'inscription sur la liste complémentaire des monuments historiques de la façade du château de Lezergué, en Ergué-Gabéric, près Quimper, dont la mise en vente a été signalée il y a une quinzaine de jours dans l'Ouest-Eclair.

Tout porte à espérer que ces démarches aboutiront et que ce monument, d'un style assez rare dans le Finistère, ne quittera pas de sitôt la Cornouaille pour les bords du Potomac ou de la Rivière-Rouge [11].

Le croquis ci-joint représente Lezergué tel il était encore il y a trois ans au plus. Les brèches de la toiture apparaissent à gauche, au-dessus du fronton courbe du pavillon. L'aspect actuel diffère assez peu de celui-là, sauf la démolition partielle du pignon de gauche dont on n'a gardé que les assises suffisantes pour soutenir la partie de la façade qui s'y reliait. De belles boiseries du 18e siècle ont trouvé acquéreur à Quimper même.

Comme on sait, l'historien et généalogiste Guy Autret de Missirien faisait, au temps de Louis XIII et au début du règne de Louis XIV, sa résidence favorite à Lezergué. Il habitait, non le château des de La Marche, bâti plus d'un siècle après sa mort, mais un manoir plus rustique dont quelques débris survivent mêlés aux édifices de la ferme attenante. Ses armoiries, alliées à celles de sa femme, Blanche de Lohéac, se voient encore sur une pierre encastrée dans un talus au bord de l'avenue [12].

Tout amateur de vieux parchemins et de vieilles chartes qu'il était, l'excellent gentilhomme ne dédaignait point un bon morceau, professant sans nul doute avec Descartes que Dieu n'a pas fait les mets friands que pour les seuls imbéciles. Voici de lui une lettre inédite [13] qui témoigne de son appétit et de son enjouement. Il l'adressait de Lezergué, « le jeudi de l'Ascension 1642 » au procureur du Roi du présidial de Quimper, M. du Haffont de Kerescant :

§ « Monsieur mon cher cousin, il ne faut point user ...

Signé : L.

Ouest-Eclair, 02.02.1930

SOCIÉTÉ ARCHÉOLOGIQUE DU FINISTÈRE

La Société Archéologique a tenue le jeudi 30 janvier sa séance mensuelle sous la présidence de M. Waquet, archiviste départemental ...

Les ruines du château de Lezergué, situés dans la commune d'Ergué-Gabéric, sont inscrites sur la liste supplémentaire des monuments historiques. Ce château, bâti vers la fin du XVIIIe siècle par la famille de la Marche, vient d'être en grande partie démoli par son propriétaire, qui a cependant conservé la façade et un escalier de pierres monumental.

[modifier] 3 Coupures de presse

[modifier] 4 Annotations

Certaines références peuvent être cachées ci-dessus dans des paragraphes ( § ) non déployés. Cliquer pour les afficher : § Tout montrer/cacher

  1. L'Ouest-Éclair est un ancien quotidien régional français, créé par deux Bretons chrétiens d'une sensibilité républicaine et sociale, l'abbé Félix Trochu, prêtre en Ille-et-Vilaine, et Emmanuel Desgrées du Lou, natif de Vannes, commissaire de la Marine, puis avocat. Les ventes décollent après la Première Guerre mondiale et, en 1930, le patron embauche son gendre, Paul Hutin, un Lorrain de 42 ans qui deviendra son gendre. Le journal rayonnait, à ses débuts, sur cinq régions, la Bretagne, la Normandie, l'Anjou, le Maine et le Poitou, comme Journal républicain du matin. En 1940, Paul Hutin, militant antinazi comme sa femme, souhaite que L'Ouest-Eclair ne paraisse pas sous le joug allemand et s'engage dans la Résistance. L'Ouest-Éclair sera interdit à la Libération pour acte de collaboration. Paul Hutin revient à Rennes, à peine libérée, le 4 août 1944 pour créer le Ouest-France. [Ref.↑]
  2. L'hebdomadaire « Le Progrès du Finistère », journal catholique de combat, est fondé en 1907 à Quimper par l'abbé François Cornou qui en assurera la direction jusqu'à sa mort en 1930. Ce dernier, qui signe tantôt de son nom F. Cornou, tantôt de son pseudonyme F. Goyen, ardent et habile polémiste, doté d'une vaste culture littéraire et scientifique, se verra aussi confier par l'évêque la « Semaine Religieuse de Quimper ». [Ref.↑]
  3. Le Finistère : journal politique républicain fondé en 1872 par Louis Hémon, bi-hebdomadaire, puis hebdomadaire avec quelques articles en breton. Louis Hémon est un homme politique français né le 21 février 1844 à Quimper (Finistère) et décédé le 4 mars 1914 à Paris. Fils d'un professeur du collège de Quimper, il devient avocat et se lance dans la politique. Battu aux élections de 1871, il est élu député républicain du Finistère, dans l'arrondissement de Quimper, en 1876. Il est constamment réélu, sauf en 1885, où le scrutin de liste lui est fatal, la liste républicaine n'ayant eu aucun élu dans le Finistère. En 1912, il est élu sénateur et meurt en fonctions en 1914. [Ref.↑]
  4. La Dépêche de Brest est lancée le 18 novembre 1886 avec des moyens très limités et succède à l’Union Républicaine du Finistère créée 10 ans plus tôt. Quotidien, il sera même biquotidien durant des périodes d’actualité forte, comme lors de la première guerre mondiale, avec une édition du matin et une édition du soir. Installé rue Jean Macé à Brest (à l’époque rue de la rampe), à l’emplacement des locaux actuels du Télégramme, La Dépêche de Brest poursuivit son évolution jusqu’au 17 août 1944. Ce jour là, en application de la nouvelle réglementation de la Libération, les biens de la Dépêche furent mis sous séquestre. L’ensemble du matériel est alors loué au Télégramme, nouveau titre autorisé par le Comité régional de l’information. [Ref.↑]
  5. Créé en 1789 par Gaultier de Biauzat, sous le titre de « Journal des débats et des décrets », il est sous l'Empire assez opposé à Napoléon Ier, qui lui impose un nouveau titre, « Journal de l'Empire ». Au moment de la Première Restauration, le journal prend le titre de « Journal des débats politiques et littéraires ». Redevenu « Journal de l'Empire » pendant les Cent-Jours, il est de nouveau appelé « Journal des débats politiques et littéraires » de 1815 à 1944. [Ref.↑ 5,0 5,1]
  6. Louis Le Guennec (1878-1935) est un archéologue, mémorialiste et historien breton. Dès 1902, il adhère à la Société archéologique du Finistère; il écrivit de nombreux articles pour le bulletin de cette société, dont il devint le trésorier en 1919, ainsi que les comptes-rendus de son activité pour le journal La Dépêche de Brest. En 1919 il s'installe à Quimper, reprenant une librairie du centre ville à l'angle des rues Keréon et de la Halle. En 1924, il succède à Frédéric Le Guyader comme archiviste, puis comme conservateur de la bibliothèque de Quimper, consacrant désormais une bonne partie de son temps à l'écriture et à l'inventaire des chapelles, manoirs et châteaux bretons, en illustrant ses chroniques de ses propres croquis. Il se lie d'amitié avec le chanoine Abgrall, Anatole Le Braz, Charles Le Goffic. [Ref.↑]
  7. La date d'acquisition par les Nédélec était réputée être 1830 (cf article Ouest-France de Laurent Quevilly), mais a été certainement plus tardive, la première naissance de ses enfants à Lezergué étant de 1859. Jean-Marie Nédélec, né en 1826, époux de Marie-Joseph Crédou, a succédé aux fermiers-métayers Crédou, et a du se déplacer jusqu'à Nantes pour signer l'acte notarié. Dans les années 1840-50 Jean-Marie Déguignet évoque la présence à Lezergué du fermier Christophe Crédou, dit « Christoc'h Du ». Le précédent propriétaire connu, Charles Liot, étant décédé en 1831, il est vraisemblable que le propriétaire foncier dans les années 1831-55 était un investisseur demeurant en dehors de la région, à l'instar du comte de Dampierre propriétaire du village de Kerdudal. [Ref.↑]
  8. Elginisme, s.m. : forme de vandalisme consistant à extraire des œuvres d'art de leur contexte ou région d'origine pour les exposer ailleurs. Cette pratique tire son nom du titre de lord Elgin porté par Thomas Bruce, ambassadeur britannique à Constantinople qui fut responsable du transfert à Londres des marbres du Parthénon (Wikipedia). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 8,0 8,1 8,2 8,3]
  9. Rabine, s.f. : allée de grands arbres plantés sur l'avenue d'une maison de noblesse et de quelque monastère ; source : Dom Pelletier. Ce mot existe en breton avec la même prononciation ; source : dictionnaire gallo de cc-duguesclin. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  10. L'association «  La Sauvegarde de l'Art Français » œuvre toujours dans le domaine du mécénat, notamment pour la sauvegarde des églises et chapelles : Site Internet. [Ref.↑]
  11. Le Potomac est un fleuve de 665 km de long qui se jette dans la Baie de Chesapeake, située sur la côte Est des États-Unis. La rivière Rouge est une rivière d'Amérique du Nord qui marque la frontière des États du Minnesota et du Dakota du Nord. [Ref.↑]
  12. Le blason est décrit par Louis Le Guennec dans ses notes ainsi : « Dans le talus d'un champ à droite de l'avenue de Lezergué, on a encastré une pierre de granit portant un écusson carré mi-parti coupé au 1 de 3 fasces ondées, qui est Autret - au 2 de 3 épées en bande, qui est Coatanezre - au 2 d'une mâcle, qui est Tréanna Lohéac ».Guy Autret de Missirien, de Lezergué, de Kernaou à Ergué-Gabéric épousa Blanche de Lohéac fille de Mathieu de Lohéac seigneur de Pencleuz et de Marguerite le Baud. Ils n'auront pas d'enfants. Le blason des Lohéac est supposé être « Vairé contre-vairé d'argent & d'azur » et non une mâcle, ce qui semble contredire la mention manuscrite et l'article de l'auteur dans l'Ouest-Eclair en 1929. Les Tréanna par contre avaient bien comme armoiries « d’argent à une mâcle d’azur ». [Ref.↑]
  13. La transcription de la lettre inédite de Guy Autret est incluse dans le fonds Daniel Bernard conservé aux archives départementales du Finistère (cote 110J75), dans une petite liasse "sans date", avec seulement cette référence au jeudi de l’ascension sans en préciser l'année. [Ref.↑]


Thème de l'article : Revue de presse

Date de création : Janvier 2017    Dernière modification : 7.01.2017    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]